ASSOCIATION DES PILOTES DE CHASSE

 

Actualités

N'Djaména

10/02/2016

Manta, Epervier, Dorca, Boali, EUFOR Darfour, Serval et tant d'autres. Toutes ces opérations ont pour point commun leur attache : N'Djamena. Il suffit de se promener entre les murs chargés d'histoire du hangar n°6 pour réaliser à quel point un détachement dans la capitale tchadienne possède une saveur particulière : la profondeur du passé, les épices de l'actualité, le charme de l'Afrique, l'esprit éternel de la chàsse. Monsieur Didier Le Bret* ne dira-t-il pas spontanément en visitant les lieux qu'il lui semblait rentrer dans une scène de cinéma ? N'Djamena n'a pourtant pas toujours eu la même signification pour les pilotes qui s'y sont succédés. Tantôt la jouissance du vol en basse altitude entre les pics acérés de l'Ennedi ou le long des canyons du Tibesti : le Pic Tousside, la trouée du Natron, Monseigneur l'Emi Koussi, Ounianga Kebir, Ouadi Doum, tant de scènes qui resteront gravées dans les mémoires de plusieurs générations. Tantôt la ferveur de Serval, où les "heures d'ennuis" des trop longs transits côtoient "les quelques secondes de terreur absolue"** . Mais toujours la passion incandescente du vol, la matrice espiègle et primesautière du pilote de combat, ou encore la volonté de servir avec honneur selon le mot de Vigny : l'honneur, "la poésie du devoir", "la conscience, mais la conscience exaltée (...) le respect de soi-même." David PAPPALARDO, 2/30 NORMANDIE-NIEMEN * Ambassadeur, Coordonnateur National du Renseignement. ** Mots de Papy Boyington, rapportés dans le discours du GAA Lanata lors du dernier repas de la chasse (" Le vol, c'est des heures d'ennui épicées de quelques secondes de terreur absolue".